Trip de golf ultime: Un Hoolig'ns Golf au Masters 2018 - Hooligns
4824
post-template-default,single,single-post,postid-4824,single-format-standard,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,columns-4,qode-theme-ver-16.7,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Trip de golf ultime: Un Hoolig’ns Golf au Masters 2018

Trip de golf ultime: Un Hoolig’ns Golf au Masters 2018

Il y a de ces rencontres qui se veulent spéciale. Il y a quelques semaines, un certain Pascal nous contactait sur notre page Facebook pour nous informer qu’il aura la chance d’assister au plus important et au plus sélect tournoi de golf de la saison, le Tournoi des Maîtres. Le Masters! Et pas seulement pour assister à la ronde de pratique du lundi là. Non Mademoiselle. Le Pascal en question aurait la chance d’assister aux quatre rondes de la compétition. Cadeau de son boss. Il prend tu les c.v.???

Pascal Garneau est un maniaque de golf comme on les aime. Ancien professionnel, il entraîne aujourd’hui l’équipe universitaire des Patriotes de l’UQTR. Il participe toujours à des tournois amateurs ici et là et il a eu la chance de jouer plusieurs terrains de golf mythiques.

Pascal s’est proposé pour collaborer à notre blogue des Hoolig’ns. On ne pouvait pas refuser une offre pareille. Fais nous rêver mon Pascal!

Voici son premier « papier ». Son petit guide de préparation et de ce qui est bon à savoir, si jamais tu gagnes la loterie du Masters 2019 ou si jamais tu as un vraiment bon boss toi aussi.

Bonne lecture.

– Dave

 


 

Une image vaut mille mots

Le retour à la réalité est plus difficile que prévu. Disons que la pluie verglaçante et la croûte de glace de 1 pouce laissée sur mon pare-brise ce matin n’a point aidé à la transition. Le fait qu’on ne jouera probablement pas ici avant 3 semaines et qu’on devra attendre un autre bon mois avant d’avoir des conditions acceptables rend ça cruel d’aimer ce sport, dans un tel climat nordique.

Probablement que d’avoir goûté pendant 4 jours consécutifs au plus beau terrain de golf, à mes yeux (mes yeux peuvent maintenant le confirmer), n’aide en rien au contraste, mais bon Dieu que ça en valait le coup! Tout est parfait. Tout est pensé, soigneusement placé, apprêté, bâti, conçu.

Bâti sur un ancien verger, sur lequel une plantation florale a également pu y croître (de là l’historique de chacun des trous) Augusta National a vu le jour dans les années 30. Bobby Jones en est le concepteur.

Il est charmant du début à la fin, de haut en bas (car il est croche sans bon sens) et chaque petit détail est pensé. Fermé de la fin mai jusqu’à pratiquement la fin de l’année civile en cours, le mythique parcours renaît de ses cendres annuellement, avec une tourbe restée intacte pendant des mois, l’ajout d’arbres matures stratégiquement placés pour rendre la vie plus dure aux compétiteurs et à croire les visiteurs de longues date, des ajouts aux infrastructures sans cesse (concessions, boutique, chemins pavés etc.).

Quand même que je voudrais vous le décrire du début à la fin, il faut le voir pour le croire. Plus vert que vert, des trappes parfaites, des arbres matures à perte de vue, on croirait même que les épines de Pins ont été placées à la main. Si vous êtes un amant du golf, vous vous devez d’y aller une fois dans votre vie.

 

Ce qui était sur ma bucket list :

  • Voir Tiger frapper un coup en vrai : j’étais le spectateur le plus près de lui au 16e lors de la ronde finale!
  • Essayer tous les aliments des concessions alimentaires : Mis à part le EGG Salad et le menu déjeûner, j’ai tout goûter. Le Masters Club à 2.50$ et le Georgia Peach Ice Cream sandwich (out ot this world) pour 2$ sont tes dollars les mieux investis
  • 4$ pour une bière légère ou 4,50$ pour un blanche ou une importée, dur à battre. En fait c’est 56$ pour le menu en entier et le pourboire est plus que facultatif.
  • Se faire offrir le tee de Patrick Reed lorsqu’il a frappé son coup de départ au 16e de la 4e ronde, ça n’a pas de prix
  • Rencontre John Daly dans le parking du Hooters adjacent.

 

 

Comment s’y rendre?

Si vous êtes braves et prêts à vous partager la roue, 1,900km de route vous sépareront de Montréal et les environs au club de golf en question. Chose importante à savoir, si vous pensez conduire dans l’État de la Géorgie, pensez à demander un permis de conduire bilingue (ou un permis de conduire international), banalité qui pourrait vous sauver quelques centaines de dollars si un policier décidait d’appliquer la loi très strictement.

Pour ceux qui s’y rendront par la voie des airs, 2 options s’offrent à vous : Atlanta ou Charlotte.

Pour les amoureux du baseball, c’est votre occasion d’arrêter voir le nouveau et magnifique colisée des Braves pour une poignée de change (36$ USD en fait pour des billets achetés sur Tickpick (ma nouvelle référence en billets d’événements à bon prix et sans frais de transaction).

 

 

Quelques beaux terrains de golf à mi-chemin de l’aéroport et de Augusta s’offrent également à vous. Nous avons eu la chance de jouer Governors Towne Club (terrain qui deviendra privé d’ici juin) pour une bouchée de pain (ouin mettons un gros pain) à 49$/joueur avec la voiturette et les balles de pratique par le billet de Golfnow. J’ai beau essayé à chaque séjours les multiples applications (teeoff, golf18network, golfteetime, supreme golf) n’en demeure pas moins que la propriété de Golf Channel est selon moi la plus facile et la plus agréable à utiliser.

 

 

Si vous optez pour l’option de Charlotte, vous serez à quelques minutes du fameux Pinehurst, je vous laisse choisir votre bataille. Dans les 2 cas, on parle de choix déchirants à faire.

Pour la location d’auto, ‘’Kayak’’ ou encore ‘’Hotwire’’ vous simplifient la vie et vous permet également de sauver quelques dollars. Si vous avez la clause ‘’affaires’’ (avenant #27) avec votre assureur local, pas besoin de prendre une garantie supplémentaire rendu au guichet.

Pour votre ‘’lodging’’ l’offre hôtelière est grande à proximité et disons… le assez onéreuse. Un days Inn à 300$/USD la nuit durant la semaine de compétition est chose commune. Je vous conseille donc de vous éloigner un peu de l’autoroute 20 (pas la même ou y’a des dinosaures à mi-chemin entre Québec et Montréal).

Pour notre part, on a trouvé un coin de paradis détenu par un couple d’un âge vénérable à 40 minutes du club de golf pour l’équivalent de 200$/canadien la nuit. 2 grandes chambres, 2 salles de bain et une cuisine complète en plus d’un salon rend le tout un peu plus confortable qu’un motel.

Finalement, rendu sur place, 2 conseils, si vous arrivez tôt le matin, le stationnement en grande quantité sera gratuit, ne vous faites donc pas avoir par ceux qui veulent vous loin un brin de terrain pour la journée. Aussi, si comme moi vous pensez acheter votre prêteur hypothécaire pour compléter vos achats à la boutique souvenir, rappelez-vous qu’on peut seulement rapporter un maximum de 800$ CAD au pays et que les quantités sont limitées. Achetez donc rapidement durant la semaine!

 

 

Ajoutez moi sur instagram au @golfdudez ou sur Facebook au Pascal Garneau, il me fera plaisir de répondre à vos questions ainsi que de vous guider pour votre prochain trip de golf ou même, votre visite au Masters en 2019!

– Pascal