Premier billet du chiro - Hooligns
833
post-template-default,single,single-post,postid-833,single-format-standard,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,columns-4,qode-theme-ver-16.7,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Premier billet du chiro

Premier billet du chiro

Avant d’aborder quelques sujets que ce soit (restez à l’antenne, les choses à faire et à ne pas faire pendant le off-season dans un prochain billet), j’ai pensé bon présenter ma profession, le Titleist Performance Institute et moi-même. Pour apprendre à me connaître… et me donner un peu de crédibilité.

On commence : Ludovic Bédard-Nadeau, 28 ans, docteur en chiropratique, certifié en chiropratique du sport, propriétaire d’entreprise, ancien champion canadien de judo, joueur de soccer à ses heures et fan fini de golf.

Maintenant que vous me connaissez bien, démystifions le chiro ensemble.

• Années d’études : 5 ans, à l’université, à temps très plein
• Crédits universitaires : 245
• Champ de compétence : système neuro-musculo-squelettique (aka système locomoteur, aka muscles/tendons/ligaments/os/articulations/nerfs)
• Connaissance en voodoo ou toute discipline connexe : nulle
• Vrai docteur? : oui
• Dangereux? : non
• Épeurant? : apparemment pour certains, oui. Mais promis on n’est pas méchants.

Pour le volet de la chiropratique du sport, il s’agit du même curriculum, mais avec des formations additionnelles (notamment une certification de 2ème cycle universitaire ainsi que des techniques de tissus mous comme le Active Release Techniques, la plus « hot » dans le domaine).

Sachant tout ceci, je vais tenter de résumer l’approche du Titleist Performance Institute (TPI) le plus simplement et expliquer comment un chiro du sport peut le mettre à profit dans sa pratique (ou oser prendre parole sur un blogue dédié au golf).

Développé par un chiropraticien et un professionnel de golf, le concept repose sur le fait que certaines limitations physiques du corps peuvent mener à certaines caractéristiques de swing. En évaluant ainsi un golfeur, ça nous permet de guider nos traitements, nos recommandations d’exercices et les corrections techniques.

Par exemple, si un joueur présente un sway (déplacement latéral vers la cible où la jambe et/ou le genou dépasse le pied avant), il s’agit peut être simplement d’un manque de mobilité de la hanche avant (au lieu de tourner, le joueur va « glisser »).  Alors au lieu de lui conseiller de faire un million de drills pour limiter son sway et prendre des leçons de golf à ne plus finir, on le traite pour gagner de la mobilité dans sa hanche et on le conseille sur un (ou des) exercices bien spécifiques. Capiche?

Le TPI a roulé sa bosse depuis sa création et travaille maintenant avec certains des joueurs les plus hots du PGA Tour, pour ne nommer que Jordan Spieth, Adam Scott et Zach Johnson. Si c’est bon pour eux, devinons que c’est bon pour nous aussi. (Jetez un coup d’œil à ces stats ). Alors voilà tout. C’est dans cette optique que je vous transmettrai ma passion du golf via ce blogue.  En finissant, sachez que je reste disposé en tout temps à répondre à vos questions et ne vous gênez surtout pas à me soumettre vos sujets!

Photos : facebook.com/mytpi

TPI1 TPI2 TPI3 TPI4 TPI5 TPI6