Les 5 types de golfeurs Québécois - Hooligns
723
post-template-default,single,single-post,postid-723,single-format-standard,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,footer_responsive_adv,columns-4,qode-theme-ver-16.7,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Les 5 types de golfeurs Québécois

Les 5 types de golfeurs Québécois

On va s’entendre sur le fait que ça doit être les mêmes stéréotypes un peu partout dans le monde. Par contre, ce qui est certain c’est que tu as déjà croisé un de ces joueurs-là!

#1 – La lueur d’espoir

Ce joueur-là est un émotif. Il arrive sur le terrain avec une bonne humeur contagieuse. Il parle beaucoup, voire un peu trop. Le genre de compagnon qui te pose une question sur le tertre de départ, juste avant que tu amorces ton backswing. Pire encore, si la lueur d’espoir commence sa ronde avec des normales, tu vas l’entendre te raconter l’histoire de son « nouveau swing » pendant pas mal plus longtemps que tu le souhaiterais. Heureusement pour toi, la lueur d’espoir s’éteint assez vite quand elle connait des mauvais trous. Soudainement, on l’entend moins jacassé, comme si la naïveté allait se cacher derrière le désespoir.

#2 – Le membre

Peu importe où il joue, ce joueur-là semble toujours avoir des « kick chanceux ». Il est tellement chanceux que tu n’oses plus jouer en match play contre lui. Le genre de golfeur qui drive dans le bois, trouve sa balle, chip out dans l’allée, frappe un liner vers le green qui atterrit sur la babine d’une trappe pour rouler à 30 pieds du trou et qui évidemment, cale son putt avec une normale. Le pire dans tout ça, c’est que le membre n’est jamais surpris de son résultat. Pour lui, c’est une normale comme les autres et il s’en serait voulu de l’avoir manqué.

#3 – Le bon jack

Le meilleur partenaire de golf. Tu ne sais pas vraiment comment il fait, mais ce gars-là a toujours la meilleure attitude sur le terrain. Il a un niveau de jeu pas mal semblable au tien, sinon un peu mieux, mais il semble presque plus intéressé par ta partie que la sienne. Même si tu joues en match play contre lui, il va te donner des putts de 4 pieds qui cassent même s’il sait qu’au fond de toi, c’est ta phobie. En fait, plus tu y penses et plus ça ne te surprendrait pas qu’il te donne ces roulés-là pour éviter que tu le rates et que tu tombes en dépression éphémère. Eh oui, le bon jack a le sens des autres à un tel point.

#4 – Le pas sérieux

Lui ne sera jamais un bon joueur. Par contre, il est clairement dans le top 100 mondial du golf-boisson. Le golf est un loisir, et le pas sérieux accorde tout son sens à cette affirmation. Plus tu rates ton coup et plus il a du fun. C’est l’un des rares joueurs qui osent rire de quelqu’un qui shank un wedge. Ce joueur aime sans doute plus les trajets de cart entre les coups que de jouer le coup lui-même. Si tu connais une bonne ronde et que ton partenaire est un pas sérieux, malheur à toi. Sinon, c’est le genre de joueur avec qui tu ne t’ennuies jamais.

#5 – Le presque Tiger Woods

Contrairement au pas sérieux, lui se prend beaucoup trop au sérieux. Il n’est pas satisfait s’il ne joue pas under par, et il te le fait savoir. Dès que ça commence à mal aller, ce n’est jamais de sa faute. Une slice? C’est la maudite flex de son driver. Un hook? Ces nouveaux gants qui sont un peu trop serrés. Bref, il finit par jouer 80 après avoir chialé toute la ronde. Il n’y a jamais eu de joueurs québécois réguliers sur le circuit de la PGA mais le presque Tiger Woods semble penser qu’il est l’élu. Au fond, tu le trouves quand même un peu attachant.

Vous reconnaissez vos partenaires de jeu? Nous oui! Le défi dans tout ça, c’est de réussir à se reconnaitre nous-mêmes!

À lire également : Les joueurs que tu ne veux pas avoir devant toi!

Mots-clés
, , , ,